[Quête] - Melancolia

Aller en bas

[Quête] - Melancolia

Message  Archibald Lannysser le Dim 31 Déc - 20:57



Melancolia


Mauville - Jour - Johto





Je parvins à Mauville un matin pluvieux, alors que les amas de nuages noirs se disputaient au Soleil pour la domination des cieux. L'atmosphère humide et tiède donnait à la ville des airs étranges, où le brouillard gommait les contours anguleux des toits mauves pour ne laisser qu'une vue digne d'un tableau impressionniste. La pluie avait détrempé les chemins depuis des jours, et j'étais fatigué de patauger inlassablement dans les bourbiers des vieilles routes mal entretenues de l'Est. J'avais volontairement évité les grands axes et les bourgs, m'enfonçant dans les bois et les campagnes de l'autre côté des Monts Argentés. Ainsi, il était impossible pour qui ne savait pas où chercher de retrouver ma trace, perdu que j'étais dans l'immensité sauvage des versants montagneux.

J'aimais Johto. De toutes les régions qu'il m'avait été donnée de parcourir, elle m'avait laissé un souvenir au parfum de douce vie, de traditions élégantes, de respect du passé et de foi en l'avenir. Que mes pas m'y conduisent en des temps moins heureux me donnait du baume au cœur, et j'accueillis avec joie les premiers pavés qui firent sortir mes vieilles chaussures abîmées de la fange où elles s'étaient enlisées depuis des heures.

J'étais pitoyable, honteux de cette apparence de clochard et laissé à la merci des éléments. Chaque matin qui m'avait vu me lever depuis que j'avais quitté mon refuge des chutes Tohjo, je repensais à mon costume, à mon cher vieux couvre chef, et une mélancolie aussi pluvieuse que le ciel gris m'envahissait. L'eau qui russelait sur ma tête dépourvue de protection m'empêchait de savoir si je pleurais. Mon âme, en tout les cas, versait des larmes pour tout ces seuls biens que je n'avais jamais possédé, ces cadeaux d'un être cher, cette fierté un peu naïve qu'ils incarnaient, ce passé que j'avais aimé qui à présent me fuyait.

" Nous y voilà enfin... J'espère qu'ils voudront de nous, Seth. Je l'espère... Sinon, mon ami, je crains que les Ruines Alpha soient notre dernier recours pour quérir un abri à moindre frais. "

Le Centre Pokémon n'était qu'à quelques pas de l'entrée de la ville. D'apparence vieillotte, il se fondait relativement bien dans le paysage, à l'exception des lampes à néon qui en éclairait l'entrée. La porte coulissa paresseusement devant nous, et à l'intérieur se profilait un simple comptoir au bout de la salle, où quelques personnes demeuraient assises sur les bancs à disposition. Mes pas laissèrent des traces boueuses sur le sol immaculé : d'ordinaire, un tel détail ne m'aurait pas gêné. Après tout, quoi de plus normal en pareilles circonstances ? Mais le regard des quelques badauds dans le hall me blessèrent plus sûrement qu'un coup de hache. Le par-dessus rappé, ma chemise découpée et mon pantalon - le même depuis tout ce temps passé dehors - devait leur laisser penser à un indigent sale et indigne. Ma mine éreintée et malade ne faisait que confirmer de tels préjugés... Déchéance. Ainsi, Archibald, voilà le tout. Tu les déranges, tu les dégoutes, tu les repousses... Alors qu'avant, au moins, ils n'avaient pour toi que de l'indifférence.

Je fis de mon mieux pour redresser la tête, pour me fermer à tout ces regards. Mais il était trop tard, la brûlure de la honte m'avait déjà atteinte. Seth, trempé tout autant que moi, s'ébroua sans gêne, me regardant avec malice pour tenter de me remonter le moral : il était bien le seul à comprendre et à connaître la vérité. Je lui souris. Au final, son avis n'était-il pas le seul qui devait compter à mes

J'attendis le retour de l'Infirmière en charge du centre, pour demander des soins pour Seth et Kether, qui ne devait pas en avoir reçu depuis des mois. Resté seul sur un banc - le plus isolé, le plus éloigné aussi des ordinateurs et des tables - j'attendis encore. Toute la fatigue se mit à peser sur mes épaules, tandis que le clapotis ininterrompu des gouttes sur les vitres me berçaient. Je sombrais dans un sommeil léger et chaotique, mal installé sur ce banc froid et dur. A la lisière entre le sommeil et l'éveil, une musique me parvint.


De l'autre côté du hall, dans l'une des raies de lumière blafarde crachée par les plafonniers, un vieux musicien faisait pleurer son violoncelle avec la pluie. Mon regard accrocha son costume, celui que portait traditionnellement les membres d'un orchestre. Une petite mallette était posée à ses côtés, avec la valise de son imposant instrument.

Sans un mot, il me regardait. Sans un mot, je le regardais. J'entendais sa musique, et lui entendait ma pensée. Sa musique était ma pensée. Le violoncelle chantait ma chanson. Celle d'une profonde et triste mélancolie, pourtant douce et dénuée de colère. Comme le chant d'un cygne, le soupir d'une forêt un soir d'automne. Le dernier regard en arrière de celui qui s'en va pour toujours. Et qui aurait voulu dire : merci, je ne regrette rien. Et qui ne peut dire : s'il-vous-plaît... Encore un instant.

Ce n'est pas ce que je voulais. S'il-vous-plaît. Attendez-moi.




Seth, revenu de la salle de soin, s'arrêta sur le seuil, surpris par ce qu'il voyait. Archibald s'était déplacé sur un autre banc : en face de lui, un autre humain jouait de la musique. Le temps semblait s'être arrêté. Il n'y avait plus que le musicien et cet instrument luisant, dont les cordes vibraient avec une parfaite justesse. Plus personne ne respirait, plus personne ne bougeait. Seth inspira, ses pupilles rouges braquées sur le musicien.

Cette musique. Rarement dans sa très longue existence, Seth avait eu l'occasion d'écouter de la musique humaine. Ses yeux s'agrandirent de surprise, de fascination. Les doigts maniaient l'archer avec une grâce splendide, et le Pokémon se prit à sentir les émotions naître en lui avec une puissance incroyable. Il était pétrifié, saisi par le lien singulier qui s'était formé entre la main du violoncelliste et les pensées muettes de son humain. Comme si l'autre avait compris. Comme si cet inconnu avait eu le don de traduire en notes les idées informulables de l'Esprit. La douleur du cœur rendue palpable, les sentiments incarnés. Incroyable ! Le Pokémon blanc s'assit. Écouta.

Seth sentait son poil onduler sous les frissons. Son pouvoir enflait dans tout son corps, guidé par les allers et venues de l'archet qui les hypnotisaient. Seth ne connaissait pas le morceau, il s'en moquait. Cet humain était un grand musicien, cela ne faisait aucun doute ! Doucement, il se prit à s'approcher. La distance qui séparait Archibald de l'autre homme était suffisante pour que l'on puisse y danser. Ses pattes suivaient machinalement le rythme. Il aimait ça, il découvrait maintenant à quel point.

D'abord, ce fut un nuage de buée sortit de ses narines. Froid comme une nuit d'hiver. Les sanglots de l'instrument lui inspirèrent une longue bouffée de glace, qui laissa sur le carrelage une traînée de cristaux brillants. Le froid enfla. Il lui vint de nombreux souvenirs. Il sentit la peine d'Archibald, alors que les pensées de l'humain dérivaient au gré de la mélodie. La tristesse, l'abandon, la solitude. Seth sentit les larmes lui venir.

Mais au lieu de cela, il libéra un Blizzard d'un genre que lui même ignorait. Il mêla ses pouvoirs comme il ne l'avait jamais fait. Pour produire quelque chose qui chasserait ces sentiments terribles : il voulait... du beau. Un motif à la hauteur de la musique que jouait le violoncelle en cet instant. Seth se laissait guider par son inconscient, et se mit à danser, à tisser.





Je repris conscience, tiré de ce voyage magique. Sans un mot, le musicien avait fait mourir la dernière note de sa mélodie sur les cordes. En silence, les quelques personnes présentent recommencèrent à respirer. Je réalisais que Seth avait redécoré entièrement le hall avec une épaisse couche de glace. Mais pas d'une manière anarchique, comme l'usage de son attaque Blizzard le produisait fréquemment. Non : il avait composé un véritable tableau abstrait, faits de volutes de cristaux hexagonaux parfaits. Leurs surfaces réfléchissaient la faible lumière du jour au dehors et celle, crue, des lumières au dedans, donnant une apparence absolument surréaliste à la pièce. Mon regard alla à notre premier artiste, qui appréciait avec surprise ce que sa musique avait évoqué. Je dis, dans un souffle, avec un grand sourire :

" Merci. "

Sous ses sourcils blancs, le vieil homme en costume me sourit du regard, bienveillant et visiblement enchanté que sa musique ait tant inspiré mon Pokémon.

" A vous, merci ! Je crois avoir trouvé une merveilleuse source d'inspiration ! Voudriez-vous bien m'accompagner pour une dernière danse ? Je crois que votre souvenir ne se terminait pas comme ça... "

Je levais un sourcil. Seth s'était assis entre nous, au beau milieu de la salle, visiblement satisfait de l'immense étendue de glace qu'il avait sculptée. Je contemplai son œuvre une seconde, admiratif et reconnaissant. Pourquoi gâcher son plaisir ? Il avait l'air d'avoir aimé s'amuser ainsi, et à en croire les quelques regards qui fixaient l'évènement, la prestation avait été appréciée à sa juste valeur. Il y avait plus de monde, et nous étions le centre d'attention.

" Eh bien... soit. "

Il y avait dans son air un engouement nouveau, comme si la participation de Seth avait donné une dimension inédite à son morceau. A mon tour, je tâchai d'émettre une pensée claire, de plonger dans cet océan d'émotions que d'ordinaire je laissai couvert par les montagnes de la neutralité.

Je pensai au passé. Je pensai... A la fin ? "La fin est le début et le début est la fin". Cette idée me guida, et je me laissai porter. Je pensai à Almia. A mon enfance. Je pensai... Aux Lannysser. Je repensais à Stanislas. Je me souvins de ma promesse. Une histoire d'héritage, de guerre fratricide. De vengeance. Volet noir et oublié de mon historie à moi.


Et le violoncelle, d'un coup, s'anima, et mes pensées se matérialisèrent encore dans le grand hall, sous la forme d'une musique très différente. Je relevai le regard vers le musicien, qui me souriait, complice. Je me redressai sur le banc, et la musique s'embrasa, conquérante. Enflammée !

Et Seth, en joie, répondit à l'invitation du violoncelle, aux regards émerveillés des visiteurs : une flamme naquit devant son nez. Illuminant le jour pluvieux, au milieu du hall gris, la Déflagration enfla, maîtrisée par le Pokémon comme les notes étaient ciselées par le violoncelliste. L'étincelle créée par Seth se mit à onduler, puis grandit, lentement. Les pas de l'Absol suivaient la musique, et lui-même se sentait comme possédé par les notes. Les flammes grandissaient en douceur, laissant une trainée chaude et lumineuse dans l'atmosphère lourde et moite du jour. Le soleil perça au travers de l'averse, ses rayons verticaux dardant telles de gigantesques lances dans la grisaille.

Un serpent de feu, tournoya dans l'air, faisant fondre la glace. L'eau miroitant en de longues langues scintillantes, le feu se reflétait sur l'eau ruisselante. Le violoncelle tonna, victorieux comme un chevalier de l'ancien temps, tandis que Seth relâchait son emprise sur ses flammes, les laissant éclater contre l'eau suintant sur le sol. En un éclat formidable, la surface explosa. Un nuage de vapeur emplit l'espace, avant de se condenser, pour rendre à l'air sa transparence originelle. Le violoncelle forma une dernière note, ronde et pleine, rayonnante, puis la laissa mourir comme la flamme d'une chandelle.

Un silence, comme lorsqu'un évènement inattendu vient à figer la foule. Et puis, des dizaines de curieux qui étaient venu assouvir leur curiosité en apercevant ce drôle de spectacle, il n'en resta pas un qui ne voulut crier son plaisir devant l’œuvre. Je fus tiré de mon rêve éveillé, stupéfait par ce que je voyais, ce que j'entendais. Tous les visages étaient tournés vers nous, tandis qu'un tonnerre d'applaudissement grondait sous le toit du Centre Pokémon.

" Sacré danseur, votre Pokémon ! Vous devriez songer à en faire un numéro à part entière, vous gagneriez une notoriété certaine ! Ce fut un véritable plaisir de vous rencontrer, monsieur.

-Plaisir partagé, monsieur. Malheureusement, ce n'est point la notoriété que je suis venu chercher ici. Mais je vous suis gré de votre sollicitude et note votre idée ! Tous mes vieux pour votre carrière.
"

La main du musicien prit la mienne et, sans que nous n'ayons besoin d'en dire davantage, nous fûmes tout deux certains de l'amitié que nous nous portions. Merci pour tout, je n'oublierai pas cet instant. Je le porterai en moi jusqu'à la fin, et il me portera.

Lorsque le silence revint dans le hall, une petite toux féminine se fit entendre dans notre dos. Avec un sourire, l'Infirmière, qui avait attendu derrière son comptoir, désigna les flaques d'eau qui envahissaient désormais tout le hall. Mes traces boueuses avaient disparues, englouties par ce flot improbable.

" J'espère que vous comptez nettoyer avant de partir ? "



Demande de modération : Archibald prend la spécialité "Sage" (depuis le temps que je devais le faire !)

Quête terminée ! Sujet clos


_________________
T-Card

avatar
Archibald Lannysser
Dresseur | Scientifique - Sage

Messages : 923
Pokedollards : 17940

Caractéristiques du personnage
Age du personnage: 45 ans
Signe particulier : Boiteux et ambidextre, en costume trois pièces à l'allure loufoque.
Apparence: 1m85 pour 76kg, sec et nerveux, visage émacié, cheveux châtains, mi-longs, yeux dorés, cernés.

Voir le profil de l'utilisateur http://pokemon-antan.forumactif.com/t742-archibald-lannysser

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Quête] - Melancolia

Message  Cooky le Dim 31 Déc - 21:08

Tu es fou XD

Quête validée.
Titre attribué.
Vous gagnez 1 Perle
avatar
Cooky
Admin

Messages : 8263
Pokedollards : 1102885

Caractéristiques du personnage
Age du personnage: 4
Signe particulier : Modérateur Général et région
Apparence: Evoli (évolue en fonction des saisons)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum